ORIGINE DU PROJET




Le mot de Serge



Le choix du sommet n’a pas été facile. Après une tentative au Cho Oyu (8201 m) au printemps 2006 avec mon ami Claude Labatut, il fallait une montagne exceptionnelle.
Plusieurs facteurs ont influencé mon choix vers le Broad Peak:

- Le danger : tout comme le Cho Oyu je cherchais une montagne sans trop de danger objectif, après avoir regardé les statistiques des victimes sur les différents sommets le Broad Peak se situe en bas de liste !

- La difficulté : la voie normale en face Ouest ne semble pas comporter trop de difficulté si ce n’est un ressaut juste avant le sommet ; le Broad Peak ne culmine "qu'à" 8'047 mètres. A ces altitudes, gravir 47 mètres au-dessus de 8000 ou 611 mètres comme c'est le cas au K2 revêt une énorme différence.

- L'emplacement de la montagne : je voulais découvrir une autre région du monde après mon fabuleux voyage au Népal et au Tibet. Ce sommet me permettra de découvrir le Pakistan (voir la page de ce site consacrée au Pakistan)
L’approche du camp de base, longtemps considérée comme l'endroit le plus reculé et inaccessible de la planète, me permettra de découvrir le Glacier du Baltoro dans le Baltistan, ancien territoire tibétain. Avec la vue sur les tours de Trango, véritables cathédrales de granite et autre fabuleuses montagnes, puis la tour de Mustagh, le Masherbrum et enfin l’arrivée à Concordia... lieu extraordinaire qui fut baptisé ainsi en référence à la place de la Concorde à Paris l'aventure devrait avoir un parfum de solitude.

- La période : le Broad Peak se tente en été entre juin et août ce qui devrait rendre la tâche plus facile à mon épouse qui devra tout gérer pendant les 45 jours d’absence !

- Pour finir l’accomplissement d’un rêve après avoir eu la chance d’admirer l’Everest, j’aurais la chance d’admirer cette fois le second plus haut sommet de la planète le K2, 8611m. Le point culminant de cette montagne est l'un des endroits du globe les moins fréquenté par l'homme. Avec 233 ascensions réussies à fin 2000 contre 1314 pour l'Everest, considéré comme la reine des montagnes, la plus belle de toutes ; peu de montagnes au monde possèdent une telle perfection de forme et une telle élégance. L'arête Nord et l’arête Sud-Ouest sont sans doute aujourd’hui les voies plus difficiles de toutes les montagnes du monde.

Serge